Le passage à la phase de développement signifie plus que probablement que l’Air Force s’est ralliée à une seule conception de chasseur réalisée par un seul maître d’œuvre, a déclaré Richard Aboulafia, analyste aérospatial chez AeroDynamic Advisory.

La sixième génération de chasseurs de l’armée de l’air est officiellement entrée en phase de développement, a confirmé aujourd’hui le plus haut responsable de l’armée de l’air.

« Nous avons maintenant lancé un programme [d’ingénierie, de fabrication et de développement] pour réaliser l’avion de développement que nous mettrons en production », a déclaré le secrétaire de l’armée de l’air Frank Kendall lors d’un événement à la Heritage Foundation. « Nous pensons que nous aurons cette capacité d’ici la fin de la décennie ».

En raison de la nature confidentielle de l’effort de conception, M. Kendall a fourni peu de détails sur le chasseur habité de sixième génération qui doit être la pièce maîtresse de la famille de systèmes de domination aérienne de nouvelle génération de l’armée de l’air, qui comprendra également de nouvelles armes, des capteurs et une variété de drones qui feront équipe avec le nouveau chasseur.

L’Air Force a d’abord fait voler une version prototype du chasseur NGAD [Next generation Air Dominance, soit littéralement prochaine génération de domination aérienne] en 2020, mais les responsables de l’époque ont refusé de divulguer des informations sur l’avion ou son fabricant.

« Ce que nous avons fait était un prototype expérimental », a déclaré Kendall. « Nous avions essentiellement un programme d’avion X qui était conçu pour réduire le risque de certaines des technologies clés dont nous aurions besoin pour un programme de production. »

Le passage à la phase de développement signifie plus que probablement que l’Air Force s’est ralliée à une seule conception de chasseur réalisée par un seul maître d’œuvre, a déclaré Richard Aboulafia, analyste aérospatial chez AeroDynamic Advisory.

Alors que Lockheed Martin, Boeing et Northrop Grumman sont tous des candidats possibles pour construire le chasseur NGAD, la charge de travail actuelle de Northrop pour la production du bombardier B-21 en fait un choix peu probable pour développer un chasseur avancé, a déclaré Aboulafia. Il est beaucoup plus probable, selon lui, que Lockheed dirige le programme, ayant déjà mené les chasseurs furtifs F-22 et F-35 du développement à la production.

Image de synthèse d'un bombardier furtif B-21 Raider dans un hangar
Image de synthèse d’un B-21 Raider

Cependant, Boeing pourrait émerger comme le cheval noir du développement du chasseur NGAD, a reconnu Aboulafia.

« Il y avait des rumeurs selon lesquelles Boeing n’était pas à l’écart. Et la réfutation de cette rumeur est qu’ils peuvent faire des prototypes, mais est ce qu’ils peuvent vraiment construire un avion de combat depuis zéro ? », a-t-il déclaré. « Si c’est Boeing, cela implique qu’ils ont réalisé un miracle. C’est pourquoi j’opterais probablement pour Lockheed Martin. »

Chacune des entreprises a précédemment refusé de commenter toute implication dans le programme NGAD. Bien que peu d’informations sur le NGAD aient été rendues publiques, les hauts responsables de l’Air Force ont récemment jeté quelques miettes aux férus d’aviation.

En avril, le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général CQ Brown, a déclaré aux journalistes que le logiciel de contrôle de vol du chasseur NGAD avait été découplé du logiciel de son système de mission – une caractéristique qui pourrait lui permettre d’être plus facilement mis à niveau avec de nouvelles technologies.

Illustration du prochain chasseur de supériorité aérienne de 6e génération, projet US Next Generation Air Dominance
Illustration de ce à quoi pourrait ressembler le NGAD

Plus tard dans le mois, M. Kendall a déclaré aux législateurs que le chasseur NGAD coûterait « plusieurs centaines de millions de dollars » par avion et qu’il serait accompagné de drones et d’autres systèmes « moins coûteux et offrant une capacité de mission globale. » Cela signifie que le coût du NGAD pourrait éclipser celui du F-22 Raptor, dont le coût unitaire était d’environ 143 millions de dollars par avion, selon l’Air Force.

Pourtant, de nombreux mystères persistent au sujet du chasseur NGAD.

L’Air Force n’a pas encore décrit le nombre de chasseurs NGAD qu’elle prévoit d’acheter pour remplacer les 183 F-22 Raptor actuellement en service, ce qui ne permet pas de savoir si le NGAD sera « le prochain grand programme d’aéronefs » ou un « programme de production sur-mesure » conforme à la stratégie d’acquisition Digital Century Series proposée par l’ancien responsable des acquisitions Will Roper, a déclaré M. Aboulafia.

Toutefois, le service pourrait être confronté à un scénario ingagnable si le Congrès exerce une pression sur le programme en raison des coûts unitaires élevés, le forçant finalement à acheter trop peu de chasseurs, qui seraient alors coûteux et difficiles à entretenir, a-t-il ajouté.

« La complication est que [Kendall] pourrait avoir besoin d’un programme de production complet, mais le coût [par unité] pourrait s’y opposer », a déclaré Aboulafia.

Une autre grande question soulevée alors que le développement a commencé : quelles entreprises seront responsables des moteurs, des systèmes de mission, des capteurs, des armes et autres équipements à l’intérieur de l’avion ?

« La plus grande implication pour moi si vous le passez en développement est qu’il est missionné », a déclaré Aboulafia. « Ce n’est pas seulement un prototype [de véhicule aérien] ». Cela signifie qu’une partie du travail d’intégration a probablement déjà eu lieu, et un nouveau jet de supériorité aérienne coûteux aurait probablement une énorme liste de fournisseurs, a-t-il dit.

Source