Écrit par Piero Messina

Selon l’agence de presse TASS, le chef des forces russes de radioprotection, chimique et biologique, Igor Kirillov, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Le ministère russe de la Défense dispose d’une correspondance entre Hunter Biden, le fils du président des États-Unis, avec des employés de la Defense Threat Reduction Agency et des entrepreneurs du Pentagone. Ces documents seraient la preuve du rôle de Biden jr dans le financement de travaux sur les agents pathogènes en Ukraine« .

De Moscou, de nouvelles accusations sont donc portées contre le fils de Joe.

Selon Igor Kirillov « L’existence de ce matériel est confirmée par les médias occidentaux et le contenu des messages montre que Hunter Biden a contribué à fournir des possibilités de financement pour le travail avec des agents pathogènes en Ukraine, en assurant le financement de Black & Veach et Metabiota (cette dernière, une société américaine de biotechnologie)« .

Le ministère russe de la Défense a rendu publique une liste de ceux qui seraient impliqués dans la création de composants d’armes biologiques en Ukraine. Parmi ces personnes, l’un des personnages clés selon les Russes était Robert Pope, un cadre du ministère de la Défense américain à la Defense Threat Reduction Agency. Il y a quelques jours, l’ancien président américain Donald Trump a demandé à Vladimir Poutine de rendre publiques toutes les informations néfastes qu’il connaît sur la famille Biden, en particulier sur Hunter Biden, le fils du président.

La Douma d’État russe a ouvert une enquête sur un réseau présumé de laboratoires biologiques contrôlés par les États-Unis en Ukraine et fera part des conclusions de la procédure au président Poutine et aux organisations internationales. L’enquête se déroulera par le biais de quatre groupes de travail que la Commission spéciale de la Chambre basse du Parlement a mis en place, après avoir entendu le témoignage du ministère de la Défense, selon ce qu’a annoncé la coprésidente, Irina Yarovaya. « Nous parlons d’activités secrètes contrôlées par le Pentagone, avec des éléments indiquant le développement d’armes biologiques, un danger pour l’Ukraine et la Russie« , a-t-elle déclaré, citant l’implication, selon les allégations de Moscou, de Hunter Biden, avec son fonds d’investissement Rosemont Seneca, et de la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Viktoria Nuland, à qui la Douma demande officiellement des explications.

Infographie en russe sur la structure des recherches biologiques en Ukraine
Infographie en russe sur la structure des recherches biologiques en Ukraine

Les documents recueillis en Ukraine donnent également la dimension de la richesse accumulée par le deuxième fils du président américain Joe Biden avec l’affaire ukrainienne. Hunter a gagné 4,8 millions de dollars entre 2017 et 2018 grâce à un accord financier avec la société énergétique chinoise Cefc. Confirmant les affirmations de Kirillov, c’est l’un des principaux journaux du courant dominant mondial qui certifie l’histoire : le « Washington Post ». Le récit du journal se base sur des documents gouvernementaux, des dossiers judiciaires, des coordonnées bancaires et des e-mails contenus dans un ordinateur portable ayant appartenu au fils du chef de la Maison Blanche. L’accord, selon l’enquête, a été officiellement conclu le 2 août 2017 avec les signatures de Hunter Biden lui-même et d’un cadre chinois nommé Gongwen Dong. Quelques jours plus tard, des millions de dollars ont commencé à affluer sur un compte chèque nouvellement ouvert à la Cathay Bank. Cependant, l’ensemble de l’opération n’a duré qu’un peu plus d’un an.

« De nombreux aspects de l’affaire financière de Hunter Biden avec Cefc China Energy ont déjà été rendus publics et inclus dans un rapport rédigé par le parti républicain au Sénat en 2020. L’enquête a confirmé de nombreux détails clés et a trouvé des documents supplémentaires montrant les interactions. entre la famille Biden et les dirigeants chinois », peut-on lire dans l’article.

Les documents montrent que sur une période de 14 mois, le conglomérat chinois et ses dirigeants ont versé 4,8 millions de dollars à des entités contrôlées par Hunter Biden et son oncle. En revanche, rien ne prouve que l’actuel président Joe Biden ait personnellement bénéficié des transactions avec Cefc, qui ont débuté un an après la conclusion de son expérience en tant qu’adjoint de Barack Obama et bien avant l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle américaine de. 2020.

Les documents déterrés par le Washington Post font état du versement d’une rémunération d’un million de dollars et du paiement de 3,8 millions pour des activités de conseil. Selon le journal américain, ils montrent « comment la famille a profité des relations que Joe Biden a établies au cours de décennies de service public. » Hunter Biden a déjà fait l’objet d’une enquête fédérale pour fraude fiscale présumée et ses affaires en Ukraine, liées à l’entreprise énergétique Burisma et citées par les Républicains dans le cadre d’un éventuel conflit d’intérêts, ont également retenu l’attention. Toutefois, Cefc représente l’affaire la plus rentable jamais menée à l’étranger par le fils du président des États-Unis. Les projets énergétiques potentiels dont Hunter Biden a discuté avec la société chinoise n’ont jamais été rendus publics, mais l’homme d’affaires américain a reçu au moins 3,79 millions de dollars en contrats de conseil. Biden a ensuite gagné un autre million de dollars en défendant Patrick Ho, un cadre de la Cefc accusé par les États-Unis d’avoir organisé un système de corruption de plusieurs millions de dollars qui impliquait également le Tchad et l’Ouganda et qui a ensuite été condamné à trois ans de prison.

Source