Larry C Johnson est un vétéran de la CIA et du Bureau du contre-terrorisme du Département d’État. Il est le fondateur et associé gérant de BERG Associates, qui a été créé en 1998. Larry a assuré la formation de la communauté des opérations spéciales de l’armée américaine pendant 24 ans.

Question 1 – Pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous pensez que la Russie est en train de gagner la guerre en Ukraine ?

Larry C. Johnson- Dans les premières 24 heures de l’opération militaire russe en Ukraine, toutes les capacités d’interception des radars terrestres ukrainiens ont été anéanties. Sans ces radars, l’armée de l’air ukrainienne a perdu sa capacité d’interception air-air. Au cours des trois semaines qui ont suivi, la Russie a établi une zone d’exclusion aérienne de facto au-dessus de l’Ukraine. Bien qu’elle soit toujours vulnérable aux missiles sol-air tirés à l’épaule fournis par les États-Unis et l’OTAN aux Ukrainiens, rien n’indique que la Russie ait dû réduire ses opérations aériennes de combat.

L’arrivée de la Russie à Kiev dans les trois jours suivant l’invasion a également attiré mon attention. Je me suis souvenu que les nazis, lors de l’opération Barbarossa, avaient mis sept semaines pour atteindre Kiev et qu’il leur avait fallu sept autres semaines pour soumettre la ville. Les nazis avaient l’avantage de ne pas ménager leurs efforts pour éviter les pertes civiles et étaient désireux de détruire les infrastructures critiques. Pourtant, de nombreux soi-disant experts militaires américains ont affirmé que la Russie était embourbée. Lorsqu’un convoi de 40 km (ou 65 km, selon la source d’information) a été positionné au nord de Kiev pendant plus d’une semaine, il était clair que la capacité de l’Ukraine à lancer des opérations militaires significatives avait été éliminée. Si leur artillerie était intacte, alors cette colonne était une proie facile pour une destruction massive. Cela ne s’est pas produit. Par ailleurs, si les Ukrainiens disposaient d’une capacité aérienne viable à voilure fixe ou tournante, ils auraient dû détruire cette colonne depuis les airs. Cela ne s’est pas produit. Ou, s’ils avaient une capacité viable de missiles de croisière, ils auraient dû faire pleuvoir l’enfer sur la colonne russe prétendument bloquée. Cela ne s’est pas produit. Les Ukrainiens n’ont même pas organisé une embuscade d’infanterie significative contre la colonne avec leurs Javelins américains nouvellement fournis.

L’échelle et la portée de l’attaque russe sont remarquables. Ils ont capturé un territoire en trois semaines qui est plus grand que la masse terrestre du Royaume-Uni. Ils ont ensuite procédé à des attaques ciblées sur des villes et des installations militaires clés. Nous n’avons pas vu un seul cas où une unité ukrainienne de la taille d’un régiment ou d’une brigade a attaqué et vaincu une unité russe comparable. Au lieu de cela, les Russes ont divisé l’armée ukrainienne en fragments et ont coupé leurs lignes de communication. Les Russes consolident leur contrôle de Marioupol et ont sécurisé toutes les approches sur la mer Noire. L’Ukraine est maintenant coupée au sud et au nord.

J’aimerais noter que les États-Unis ont eu plus de mal à capturer autant de territoire en Irak en 2003 alors qu’ils se battaient contre une force militaire bien inférieure et moins capable. En tout cas, cette opération russe devrait effrayer les dirigeants militaires et politiques américains.

La vraie grande nouvelle est venue cette semaine avec les frappes de missiles russes sur ce qui sont de facto des bases de l’OTAN à Yavoriv et Zhytomyr. L’OTAN a mené une formation en cybersécurité à Zhytomyr en septembre 2018 et a décrit l’Ukraine comme un « partenaire de l’OTAN. » Zhytomyr a été détruit par des missiles hypersoniques samedi. Yavoriv a subi un sort similaire dimanche dernier. C’était le principal centre d’entraînement et de logistique que l’OTAN et l’EUCOM utilisaient pour fournir des chasseurs et des armes à l’Ukraine. Un grand nombre de militaires et de civils de cette base ont été blessés.

Non seulement la Russie frappe et détruit régulièrement les bases utilisées par l’OTAN depuis 2015, mais il n’y a pas eu d’alerte de raid aérien ni d’arrêt des missiles attaquants.

Question 2 – Pourquoi les médias essaient-ils de convaincre le peuple ukrainien qu’il peut l’emporter dans sa guerre contre la Russie ? Si ce que vous dites est correct, alors tous les civils qui sont envoyés pour combattre l’armée russe, meurent dans une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner. Je ne comprends pas pourquoi les médias voudraient induire les gens en erreur sur un sujet aussi grave. Que pensez-vous de cette question ?

Larry C. Johnson- C’est une combinaison d’ignorance et de paresse. Plutôt que de faire de vrais reportages, la grande majorité des médias (imprimés et électroniques) ainsi que les géants du Web soutiennent une campagne de propagande massive. Je me souviens quand George W. Bush était Hitler. Je me souviens quand Donald Trump était Hitler. Et maintenant, nous avons un nouvel Hitler, Vladimir Poutine. C’est un manuel de jeu usé et raté. Toute personne qui ose soulever des questions légitimes sur l’Ukraine est immédiatement cataloguée comme une marionnette de Poutine ou un larbin de la Russie. Lorsque vous ne pouvez pas argumenter sur les faits, le seul recours est l’injure.

Question 3 – La semaine dernière, le colonel Douglas MacGregor était l’invité du Tucker Carlson Show. Son point de vue sur la guerre est étonnamment similaire au vôtre. Voici ce qu’il a dit dans l’interview :

« La guerre est vraiment terminée pour les Ukrainiens. Ils ont été réduits en miettes, il n’y a aucun doute là-dessus, malgré ce que nous entendons de nos médias grand public. Donc, la vraie question pour nous à ce stade est, Tucker, allons-nous cohabiter avec le peuple russe et son gouvernement ou allons-nous continuer à poursuivre cette sorte de changement de régime déguisé en guerre ukrainienne ? Allons-nous cesser d’utiliser l’Ukraine comme un bélier contre Moscou, ce qui est effectivement ce que nous avons fait. » (Interview Tucker Carlson- MacGregor)

Êtes-vous d’accord avec MacGregor pour dire que le véritable objectif de pousser la Russie à une guerre en Ukraine était le « changement de régime » ?

Deuxièmement, êtes-vous d’accord pour dire que l’Ukraine est utilisée comme une base pour que les États-Unis mènent une guerre par procuration contre la Russie ?

Larry C. Johnson- Doug est un excellent analyste, mais je ne suis pas d’accord avec lui. Je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un dans l’administration Biden qui soit assez intelligent pour penser et planifier en ces termes stratégiques. À mon avis, les sept dernières années ont été marquées par l’inertie du statu quo de l’OTAN. Ce que je veux dire par là, c’est que l’OTAN et Washington, ont cru qu’ils pouvaient continuer à se faufiler vers l’est aux frontières de la Russie sans provoquer de réaction. L’OTAN et l’EUCOM ont régulièrement effectué des exercices – y compris des entraînements « offensifs » – et fourni des équipements. Je crois que les rapports aux États-Unis selon lesquels la CIA fournissait une formation paramilitaire aux unités ukrainiennes opérant dans le Donbass sont crédibles. Mais j’ai du mal à croire qu’après nos débâcles en Irak et en Afghanistan, nous avons soudainement des stratèges du niveau de Sun Tzu qui tirent les ficelles à Washington.

Il y a un air de désespoir à Washington. En plus d’essayer de bannir tout ce qui est russe, l’administration Biden tente de tyranniser la Chine, l’Inde et l’Arabie saoudite. Je ne vois aucun de ces pays rentrer dans le rang. Je crois que l’équipe Biden a commis une erreur fatale en essayant de diaboliser toutes les choses et tous les gens russes. Au contraire, cela unit le peuple russe derrière Poutine et ils sont prêts à s’engager dans une longue lutte.

Je suis choqué par l’erreur de calcul consistant à penser que des sanctions économiques contre la Russie la mettraient à genoux. C’est le contraire qui est vrai. La Russie est autosuffisante et ne dépend pas des importations. Ses exportations sont essentielles au bien-être économique de l’Occident. S’ils retiennent le blé, la potasse, le gaz, le pétrole, le palladium, le nickel fini et d’autres minéraux clés à l’Ouest, les économies européenne et américaine seront massacrées. Et cette tentative de contraindre la Russie par des sanctions rend maintenant très probable le fait que le rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve internationale disparaisse dans les poubelles de l’histoire.

Question 4 – Depuis qu’il a prononcé son célèbre discours à Munich en 2007, Poutine se plaint de « l’architecture de la sécurité mondiale ». En Ukraine, nous pouvons voir comment ces questions de sécurité lancinantes peuvent se transformer en une véritable guerre. Comme vous le savez, en décembre, Poutine a formulé un certain nombre de demandes liées à la sécurité russe, mais l’administration Biden les a ignorées et n’a jamais répondu. Poutine voulait des garanties écrites que l’expansion de l’OTAN n’inclurait pas l’Ukraine (adhésion) et que des systèmes de missiles nucléaires ne seraient pas déployés en Roumanie ou en Pologne. Pensez-vous que les exigences de Poutine sont déraisonnables ?

Larry C. Johnson- Je pense que les exigences de Poutine sont tout à fait raisonnables. Le problème est que 99 % des Américains n’ont aucune idée du type de provocation militaire que l’OTAN et les États-Unis ont mené au cours des sept dernières années. On a toujours dit au public que les exercices militaires étaient « défensifs ». Ce n’est tout simplement pas vrai. Maintenant, nous avons des nouvelles que la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) finançait des biolabs en Ukraine. Je suppose que Poutine pourrait accepter d’autoriser les systèmes de missiles nucléaires américains en Pologne et en Roumanie si Biden accepte d’autoriser le déploiement de systèmes russes comparables à Cuba, au Venezuela et au Mexique. Lorsque nous examinons la situation en ces termes, nous pouvons commencer à comprendre que les exigences de Poutine ne sont ni folles ni déraisonnables.

Question 5 – Les médias russes rapportent que des missiles russes « de haute précision, à lanceur aérien » ont frappé une installation dans l’ouest de l’Ukraine « tuant plus de 100 troupes locales et mercenaires étrangers. » Apparemment, le centre d’entraînement des opérations spéciales était situé près de la ville d’Ovruch qui se trouve à seulement 20 km de la frontière polonaise. Que pouvez-vous nous dire sur cet incident ? La Russie essayait-elle d’envoyer un message à l’OTAN ?

Larry C. Johnson – Réponse courte : OUI ! Les frappes militaires russes en Ukraine occidentale au cours de la semaine dernière ont choqué et alarmé les responsables de l’OTAN. Le premier coup est survenu le dimanche 13 mars à Yavoriv, en Ukraine. La Russie a frappé la base avec plusieurs missiles, dont certains seraient hypersoniques. Plus de 200 personnes ont été tuées, dont des militaires et des agents du renseignement américains et britanniques, et des centaines d’autres ont été blessées. Beaucoup ont subi des blessures catastrophiques, comme des amputations, et sont hospitalisés. Pourtant, l’OTAN et les médias occidentaux ont montré peu d’intérêt à rendre compte de cette catastrophe.

Yavoriv était une importante base avancée pour l’OTAN. Jusqu’à la mi-février (avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie), le commandement de la formation de la 7e armée américaine opérait depuis Yavoriv. La Russie ne s’est pas arrêtée là. La chaîne Telegram ASB Military news rapporte que la Russie a frappé un autre site, Delyatyn, qui se trouve à 100 km au sud-est de Yavoriv (jeudi, je crois). Hier, la Russie a frappé Zytomyr, un autre site où l’OTAN était auparavant présente. Poutine a envoyé un message très clair : les forces de l’OTAN en Ukraine seront considérées et traitées comme des combattants. Point.

Question 6 – Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été adulé par les médias occidentaux comme un « leader de guerre » et un « Winston Churchill » des temps modernes. Ce que les médias omettent de dire à leurs lecteurs, c’est que Zelensky a pris un certain nombre de mesures pour renforcer son emprise sur le pouvoir tout en portant atteinte aux fragiles institutions démocratiques en Ukraine. Par exemple, Zelensky a « interdit onze organisations de presse appartenant à l’opposition » et a essayé d’empêcher le chef du plus grand parti d’opposition ukrainien, Viktor Medvedchuk, de se présenter aux élections sur la base d’une accusation bidon de « financement du terrorisme ». Ce n’est pas le comportement d’un dirigeant qui s’engage sérieusement en faveur de la démocratie.

Que pensez-vous de Zelensky ? Est-il vraiment le « leader patriotique » que les médias présentent comme tel ?

Larry C. Johnson- Zelensky est un comédien et un acteur. Et pas un très bon, à mon avis. L’Occident utilise cyniquement le fait qu’il soit juif pour faire diversion au contingent non négligeable de néonazis (et je parle de véritables nazis qui célèbrent encore les exploits de l’unité ukrainienne de la Waffen SS alors qu’elle combattait avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale). Les faits sont clairs : il interdit les partis politiques d’opposition et ferme les médias d’opposition. Je suppose que c’est la nouvelle définition de la « démocratie ».

Question 7- Comment cela se termine-t-il ? Il y a un excellent post sur le site de Moon of Alabama intitulé « What Will Be The Geographic End State Of The War In Ukraine« . L’auteur du post, Bernard, semble penser que l’Ukraine sera finalement divisée le long du fleuve Dniepr « et au sud le long de la côte qui détient une population majoritairement russe. » Il dit également ceci :

« Cela éliminerait l’accès ukrainien à la mer Noire et créerait un pont terrestre vers la Transnistrie, sécession moldave, qui est sous protection russe. Le reste de l’Ukraine serait un État confiné dans les terres, essentiellement agricole, désarmé et trop pauvre pour devenir de sitôt une nouvelle menace pour la Russie. Politiquement, elle serait dominée par les fascistes de Galicie qui deviendraient alors un problème majeur pour l’Union européenne.« 

Qu’en pensez-vous ? Poutine imposera-t-il son propre règlement territorial à l’Ukraine afin de renforcer la sécurité russe et de mettre fin aux hostilités ou un autre scénario est-il plus probable ?

Larry C. Johnson- Je suis d’accord avec Moon of Alabama. L’objectif premier de Poutine est de sécuriser la Russie contre les menaces étrangères et de réaliser un divorce avec l’Occident. La Russie a les ressources physiques pour être un souverain indépendant et elle est en train de concrétiser cette vision.

Source